DIVINA P.


La collection Divina P. s’inspire de formes géométriques extraites de l’ouvrage De divina proportione écrit par Luca Pacioli et illustré par Leonardo Da Vinci en 1498.

Nous trouvons ici ces formes transformées en pièces étonnantes, à mi-chemin entre sculptures à

porter, objets à contempler, puzzles à reconstituer….

Des mécanismes extrêmement précis développent leurs mouvements; offrant à chacune de multiples visages.

La gravure constitue une part fondamentale de ce travail. Chaque pièce est gravée entièrement à la main,

à l’échoppe. La technique traditionnelle est réinventée pour proposer un décor marin inspiré par une enfance au bord de la méditerranéenne.


POMME DE SENTEUR

Cette pomme de senteur est une version contemporaine d’un objet datant de la renaissance. Le mécanisme d’ouverture complexe et précis, adapté au petit format de ce bijou devient presque invisible.

Déployé, il révèle une miniature de porcelaine finement ornée, lovée au coeur de la sphère.

Cuite à une température qui préserve sa porosité, cette miniature absorbe une goutte de parfum qui diffuse tout au long du jour.

Pendentif, 2022

Argent, pigment bleu, porcelaine.

21mm x 27mm (sphère de 21mm de diamètre)

Crédit photo: Aurélia Blanc

SEPTUAGINTA DUARUM

La « sphère de Campanus », qui doit son nom au système de domification pensé

par l’astronome Campanus a été reprise dans De divina proportione sous le nom

de « Septuaginta duarum », en référence à ses soixante-douze faces.


Il ne s’agit pas d’une simple sphère : elle est composée de quatre pièces superposée et emboitées: les parties inférieures et supérieures sont composées de 24 faces chacune et ornées de gravures marines. Au milieu , deux bagues qui peuvent se porter ensemble ou séparément, et qui comprennent douze faces chacune.


Lorsque l’ensemble du puzzle est démonté, surgit du centre de la sphère, une minuscule aigrette garzette de 16 millimètres sculptée en plein envol.


Celui qui souhaite exposer uniquement l’oiseau sur son piédestal peut cacher les parties supérieures de l’objet à l’intérieur de son socle en bois de sipo.

Scultpure d’aigrette garzette et duo de bagues, 2023

Argent, pigment, bois de sipo, laiton oxydé, feutre

100x119x199 mm – Sphère 23 mm diam – Bagues: T55

Crédit photo: Aurélia Blanc

ICOSAEDRE

L’icosaèdre que l’on retrouve dans De divina proportione est un polyèdre de vingt faces. Je m’en suis inspirée pour créer un pendentif articulé en dix segments composés de deux faces chacun, ornées de gravures marines et reliées entre elles par de discrètes charnières

.

Lorsque nous l’ouvrons, se déroule un tableau vertical représentant un environnement méditerranéen au-dessus duquel planent deux goélands.


Ce pendentif peut se porter ouvert comme fermé.

Pendentif, 2023

Argent, pigment, caoutchouc

20 x 22 mm (fermé) – 23×60 mm (ouvert)

Crédit photo: Aurélia Blanc

CUBE

Le cube dans sa forme la plus pure: aucun système

d’ouverture n’est visible lorsque que cette pièce est fermée.


Il faut soulever la face supérieure de l’objet pour que tombent les faces

latérales et qu’apparaisse un écrin.

Lovées dans un tissu bleu, deux alliances peuvent y attendre leur heure.


La gravure satinée qui couvre les surfaces planes du cube permet des effets de lumière solaire, sur un horizon marin outremer.

Écrin pour deux bagues, 2023

Argent, bois de sipo, pigment, mousse, tissus

45x45x138 mm (fermé) – 116x116x118 mm (ouvert)

Crédit photo: Aurélia Blanc

SPHERE

Par son mécanisme, la sphère présentée ici est une version contemporaine de la « pomme de senteur », objet communément utilisé à la Renaissance. Le système

de charnières complexe et adapté au petit format de ce bijou est quasiment invisible.

Six pétales se déploient pour révéler un hippocampe miniature de 13 millimètres, la queue enroulée autour d’une algue.


Ce pendentif se porte fermé. Seul son détenteur, en le retournant sur lui même, peut révéler ce majestueux animal.

Pendentif, 2023

Argent, pigment, caoutchouc

22×29 mm (fermé) – 40×22 mm (ouvert)

Crédit photo: Aurélia Blanc

COLONNE HEXAGONALE

La « colonne hexagonale » dessinée par Léonard de Vinci dans De divina proportione à inspirée cet objet composé de pièces juxtaposées qui dévoilent deux bijoux distincts lorsqu ‘ elles se séparent.


Grâce à leurs accroches spécifiques, ces deux pièces peuvent être portées indifféremment en boucles d’oreilles ou en broches.

Boucles et broches, 2023

Argent, pigment

15x27x58 mm

Crédit photo: Aurélia Blanc